Consommation

Evolution de la consommation

En 2017, la consommation finale d’électricité baisse

La consommation finale d’électricité en Ile-de-France s’établit à 67607 GWh en 2017. Elle baisse par rapport à 2016, -2%. La consommation corrigée des effets climatiques diminue également, -1%. La région reste la plus consommatrice parmi toutes les régions françaises.

 

Pourquoi corriger la consommation ?

Pour mieux observer les évolutions structurelles

Lorsqu’il fait très froid, de l’électricité est consommée pour se chauffer. A l’inverse lorsqu’il fait très chaud, de l’électricité est consommée pour se rafraichir. Pour mieux observer les évolutions structurelles d’une année à l’autre, la consommation d’électricité est corrigée de « l’aléa météorologique ». La demande d’électricité correspond alors à la demande qui aurait été observée si les températures avaient été les températures de référence.

D’autres éléments peuvent être corrigés. Par exemple, l’année 2016 comportait un jour de plus en février par rapport à l’année précédente. Pour s’affranchir de cet effet calendaire, la consommation est corrigée de façon à ne compter que 365 jours.

Une évolution différenciée selon les consommateurs*

En 2017, en Ile-de-France, la consommation finale du segment des professionnels et des particuliers est en repli, -3% par rapport à 2016. Elle s’élève à 30595 GWh. Ce segment représente 45% de la consommation finale totale de la région. Avec 29856 GWh, la consommation finale du segment des PME/PMI est également en légère baisse, -1% par rapport à 2016. C’est en Ile-de-France que la consommation pour ces deux segments est la plus élevée parmi toutes les régions françaises.
La consommation de la grande industrie progresse de 2% par rapport à l’année passée avec 7156 GWh. La grande industrie consomme 11% de l’électricité consommée en Ile-de-France.

* La répartition de la consommation finale entre les différents types de consommateurs n’est pas corrigée de l’aléa climatique

Répartition sectorielle de la consommation finale de la grande industrie

Le secteur tertiaire (y compris transports non ferroviaires et télécommunications) et celui des transports ferroviaires comptent pour 64% dans la consommation de la grande industrie en Ile-de-France.

(*) La répartition de la consommation finale entre les différents types de consommation n’est pas corrigée de l’aléa climatique.